Doc si gausas concert Sonoloco-Les Hyènes vendredi 24 juillet 2015 Orthez(64)

11403121_1617250268489447_7976617114153279079_n

11805788_1484294688529516_546206929_n

Dans le cadre des Férias d’Orthez, l’association « Doc si gauses » proposait un programme bien alléchant en matière de musique dans la cour médiévale du « pati »(jardins de Jeanne d’Albret). La soirée de Vendredi fût un bon cru voire millésimé puisque l’affiche présentait un groupe de la côte landaise étendue « Les Hyènes » et en première partie « Sonoloco ».

11793210_1484294685196183_1689870452_n

11802056_1484294658529519_752895782_n

Sonoloco ouvre les hostilités et quelles hostilités !

Jamais au grand jamais je n’aurais pensé ici,  dans ma cité ré-entendre du riff années 80 en version trash-métal. Tantôt aux relents du trash-métal de la Bay Area de San-Francisco,  Sonoloco assure tous ses titres devant un public un peu indifférent au style(bien dommage) car ce groupe a de réelles qualités tant au niveau des riffs, de la structure de ses compostions, de la rythmique (grosse artillerie comme il faut) et des textes rebelles bien trempés.

On se revoit au bon temps des Exodus, Testament ou Overkill et çà fait du bien. Alors bien-sûr il y a aura toujours les sceptiques qui trouveront que tout cela est de la technique et que rien ne vaut le sombre bien trempé stylé Johnny Cash mais voilà là nous sommes devant un groupe qui a le mérite d’assumer sa musique et c’est cette authenticité qui fait le rock et qui fait qu’on l’aime. Le set de Sonoloco se finit et nous restons sur notre faim et désolés qu’il n’y ait pas eu plus de chaleur avec le public mais il faut dire que lorsqu’il y a un comptoir pendant les férias….On souhaiterait vraiment retrouver ce groupe dans une autre configuration. Ils laissent la place aux millésimés landais des Hyènes.

Après 20 petites minutes de préparation, le groupe en grands professionnels réalise ses balances en un temps record. Les Hyènes d’entrée et ce même avant de monter au feu montre une certaine particularité. La basse ne se retrouve pas derrière mais au même niveau que les deux autres guitares autant dans le son que scéniquement parlant(influences Lemmyiennes ?). Denis Barthe finit d’ajuster ses cymbales, les guitaristes sont prêts, le baffle ampeg et la tête hiwatt crachouille, le concert commence.

11749822_1484297731862545_1434440097_n

11802154_1484297708529214_379836514_n

Comme l’a annoncé leur chanteur après 20 minutes de set, le groupe est un bon gros diésel qu’il faut chauffer doucement. Alors çà monte çà chauffe. On nage en plein rock avec riffs rentre-dedans, rythmique appuyée, métronomique, façon Godfathers.  Se dessine alors devant nous le set d’un groupe que l’on imagine pas dans nos Landes proches mais beaucoup plus issu de la scène Rouennaise voire Havraise et pour ne pas dire tout simplement anglaise. Tel un bombardier survolant sa zone d’action les compositions sont lachées les unes après les autres avec un grand professionalisme. Les gars ont un job à faire et ils le font jusqu’au bout sous les yeux ébahis du public qui commence enfin à se rapprocher. Les Hyènes assurent leur set et depuis longtemps la cité de Fébus n’a vu un groupe aussi compact au niveau rock’n roll. Chaque mot est posé, chaque note est jetée avec efficacité, énergie. Les textes sont tantot coquaces(les allemands) tantôt beaux tout simplement beaux offrant de merveilleuses rock-songs à vous tirer les larmes.

11802160_1484297705195881_1317411428_n

11798189_1484297725195879_1208430110_n

11791697_1484297728529212_1139223238_n

Olivier Mathios(bassiste) en grand maître de cérémonie impose la musique de son groupe avec grandeur. Le jeu de son chanteur-guitariste toute guitare devant, dans d’incroyables joutes soniques n’est pas en reste. Le public aura droit plusieurs fois à des soli haut perchés sur les épaules et dans le dos. Le show est assuré. Jp fera le reste. Rythmique sobre mais percutante avec des passages psyché dont on se souviendra encore longtemps. Les Hyènes n’en resteront pas là. Et c’est à Denis Barthe que revient la tache d’ouvrir la boîte de pandore. « it’s a long way to the top » des aussies….interprétation parfaite, on rêve. Mon voisin me regarde abasourdi, incrédule. le public est aux anges c’est le feu. La fin du concert se finira sur un « aces of spades » d’anthologie à ne rien envier au trio de Lemmy. Trois derniers rappels avec un « rock is dead », les lumières se rallument. Les Hyènes quittent la scène. Le public en redemande déjà encore. La claque.

11778079_1484297758529209_1824890571_n

spéciale dédicace à « jimmy le négrier »….sourires plein d’étoiles
Publicités

2 commentaires

  1. Merci Vinylicious pour ce très bel article et ce blog. Ça fait vraiment plaisir pour les membres et bénévoles de l’asso D’Òc Si Gausas qui se sont démenés. Continuons ainsi ! Rendez-vous en 2016 avec plusieurs dates prévues… Adishatz amics.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s